L’Association National du Tourisme Solidaire et Responsable, ANTSO RE, un réseau du Tourisme basé à Madagascar s’active à chercher des réponses positives à ces cris alarmants des hommes et de la nature. ANTSO qui veut dire APPEL en malgache, et RE, ENTENDU.

ANTSO RE regroupe des organisations travaillant dans une même démarche : mettre en place une activité touristique qui, alliant  des prestations de qualité, échanges et rencontres authentiques, aide au développement des territoires et des communautés d’accueil. Cette charte définit, autour de trois axes, les engagements que chaque membre du réseau doit respecter.

S’appuyant sur des valeurs d’équité et de solidarité, les signataires de la charte s’engagent à respecter les critères suivants :

  • Environnement
  • Valorisation des patrimoines
  • Développement local
• Respecter et minimiser l’impact de ses activités sur l’environnement : Agir en Entreprise plus verte qui prend conscience des impacts de sa production journalière sur l’environnement : réduction d’utilisation de papier, économie d’énergie, énergie, eau, réduction d’émission de GES, bonne gestion de déchetterie,…
• Eduquer et sensibiliser et responsabiliser les acteurs sur le respect de l’environnement : Ici on parle aussi bien des voyageurs que des fournisseurs mais également de la population locale partenaire dans la réalisation de votre production.

• Former le personnel sur le respect de l’environnement : L’efficacité de toutes les actions citées plus haut nécessite une sensibilisation en interne du personnel par une campagne de communication et formation continue.

• Diffuser et échanger des bonnes pratiques environnementales : Communiquer les bonnes pratiques aux voyageurs ainsi qu’aux autres acteurs membres du réseau.

Contribuer à une bonne harmonie entre l’homme et son environnement à travers la protection de l’environnement et au reboisement.

Faire un suivi périodique de l’impact de ses activités sur l’environnement.

• Promouvoir les spécificités culturelles malagasy : la production de service du tourisme, malgré sa vocation d’ouverture à l’internationale, doit davantage refléter la culture malagasy à travers la logistique, les services et les activités proposées aux touristes.

• Sensibiliser les voyageurs aux spécificités locales pour des échanges équilibrés : Le contact avec la population d’accueil nécessite une approche plus responsable de la part du voyageur afin de favoriser une rencontre saine, peu envahissante, respectueux de la tradition et des mœurs de la localité visitée.

• Mettre en place des activités touristiques respectant les équilibres locaux : Tenir compte de la structure de la société rurale et ne pas oublier de valoriser l’approche genre en responsabilisant les femmes, écarter l’exploitation des enfants.

• Combattre les dérives du tourisme de masse (tourisme sexuel, mendicités, standardisation des prestations, etc.) : Le tourisme de masse a engendré des changements de comportement dans certains sites touristiques très visités. La mise en place d’une politique permet de limiter les impacts négatifs sur la population.
Les guides, interface entre le touriste et les autochtones doivent adopter un comportement plus responsable dans sa démarche (technique sans trace, lutte contre les fléaux du tourisme…).

Respecter les réglementations nationales

Privilégier les ressources locales en les payant à leur juste valeur. Plusieurs mesures permettent d’établir ce système : acheter localement, acheter les objets labélisés équitables, éliminer les intermédiaires (du producteur au consommateur),…

Impliquer les populations locales dans le développement touristique et la prise de décision. Les communautés de base impliquées dans le développement touristiques prennent conscience de la valeur de leur patrimoine (culturel ou naturel) et  acquiert plus facilement une autonomise à les protéger et les mettre en valeur.

Participer à des actions solidaires/communautaires/projets de développement local.

Assurer une gestion transparente et équitable des revenus du tourisme.

Translate »